fbpx
Éditorial, Immobilier 20 octobre 2020

Bien d’exception : domaine historique dans les Yvelines

Marc Foujols vous emmène à la découverte d’un bien d’exception : un domaine historique en forêt de Rambouillet avec un château classé, à 40 kilomètres de Paris. 

Cet ensemble unique et historique est composé du château mais aussi de plusieurs maisons, appartements, et dépendances (grange, atelier, garage)  sur un parc boisé et arboré entièrement clos de 31 hectares environ avec plans d’eau de 3,5 hectares.

Le château à travers les époques

Le Château de Groussay a été construit en 1815 pour la Duchesse de Chârost, fille de Louise Elisabeth de Croÿ‐Havré, marquise de Tourzel, gouvernante des enfants du roi Louis XVI et Marie‐Antoinette. 

Il est acheté en 1938 par Charles de Beistegui, un collectionneur d’art et décorateur d’intérieur multimillionnaire basque, héritier d’une fortune minière franco-mexicaine, qui était l’un des personnages les plus flamboyants de la haute société européenne du milieu du 20ème siècle et qui a également acheté et restauré le Palazzo Labia à Venise.

A cette époque, le château n’était pas encore classé Monument historique. Par conséquent l’esthète visionnaire et excentrique était libre de radicalement modifier les intérieurs, ce qu’il fit, transformant ainsi le château sans interruption jusqu’à sa mort en 1970 à l’âge de 75 ans. Le château est agrandi en 1952, avec l’ajout de deux ailes. Une de ces ailes mène à un théâtre somptueux de 240 places inspiré de l’Opéra Margravial de Bayreuth, l’un des plus beaux en Europe.  La salle est décorée de 5 kilomètres de soie flamboyant d’Hermès et de nombreux lustres vénitiens de Murano en opaline blanc.  Les loges du théâtre sont une reconstruction fidèle en miniature de celles de la Comédie Française à Paris.  L’autre aile mène vers une salle de bal nommée The Dutch Room inspirée de détails au Vatican, mariant le style Louis XII aux lustres hollandais.  Il créa également une bibliothèque monumentale de double‐hauteur lambrissée d’acajou, une galerie habillée de tapisseries sur mesure inspirées des dessins de Goya au musée du Prado à Madrid, sans oublier les somptueuses chambres d’invités.

Le résultat a été largement considéré comme un chef‐d’œuvre du design et de la décoration du 20ème siècle.

ll est aussi à l’origine des iconiques ‘fabriques’ (une pagode chinoise, un labyrinthe, un théâtre de verdure, une tente tartare, un pont Palladien, des pièces d’eau et des bois) dans le parc, conçues par les artistes collaborateurs Emilio Terry et Alexandre Serebriakoff et les architectes Desbrosses et Costi. Il créa de nouveaux jardins, inspirés des jardins chinois du 18ème siècle et par des lieux remarquables comme la Tente Tartare en cuivre dans les jardins royaux du Château de Drottningholm en Suède, ou bien la Colonne Vendôme à Paris.

À sa mort 1970, son domaine est passé à son frère, qui n’en voulait pas et l’a donné à son fils Juan (Johnny) de Beistegui.  La collection d’intérieur, qui comprenait de nombreux anciens contenus du Palazzo Labia, a été mise aux enchères par Sotheby’s en 1999 (26.5 millions de dollars). La vente a été décrite comme « un événement majeur de l’histoire et de la sociologie des arts décoratifs « .  En 2012, le Château a été vendu.

L’ensemble du château, avec dépendances, écuries et son parc de 31 hectares, a été classée Monument Historique depuis 1993, le parc étant considéré comme l’un des jardins remarquables de France.

Au fil des années, le château a été un lieu de tournage pour de nombreux films. Il a également été la toile de fond d’innombrables émissions de télévision, de salons internationaux du livre, de spectacles musicaux, d’événements de mode et d’autres manifestations culturelles importantes.

Le château en images

façade château

intérieur château

théâtre château

Héloïse Schillio
Posté par

Héloïse Schillio

le 20 octobre 2020