fbpx
ACTUALITÉS, Éditorial, Immobilier 23 octobre 2019

Châteaux & Propriétés : zoom sur un marché spécifique

Un achat de raison et de passion

Les châteaux, demeures et autres manoirs sont indissociablement liés dans notre imaginaire aux campagnes françaises. Aucun autre pays au monde ne peut se vanter d’un tel patrimoine, né dans un premier temps par la volonté de la noblesse de se doter de places fortes puis de propriété d’agrément, avant que la bourgeoisie issue de la Révolution ne devienne elle aussi bâtisseuse de demeures reflétant la position sociale de leur propriétaire.

Il en résulte un maillage concernant chaque village français, à commencer par ceux de l’Ile de France ! Car contrairement à ce que l’on pense généralement, il n’est pas besoin de faire des heures de train ou de voiture pour dénicher une propriété ancienne proposée à un prix raisonnable. « Ce marché immobilier très spécifique demande une parfaite connaissance de l’histoire de l’architecture, estime Marc Foujols. Car chaque demeure possède ses atouts et ses faiblesses, que l’acheteur doit connaître avant de se décider. C’est notre rôle, et c’est l’une de nos forces, de présenter des dossiers clairs et détaillés, permettant de mettre en perspective les travaux de restauration lorsqu’ils sont nécessaires ».

Car un tel achat, reposant avant tout sur la passion pour les vieilles pierres, repose aussi sur une logique financière et fiscale. La loi sur les monuments historiques permet ainsi à tout particulier de bénéficier d’une défiscalisation sur l’ensemble des travaux de restauration d’un bien classé ou inscrit. Cette loi de 1913 reste un modèle de protection et de conservation du patrimoine. Tout comme le dispositif « Malraux », créé en 1962, et qui n’a rien perdu de son efficacité en 2019 ! Conçu à l’origine pour garantir la réhabilitation des secteurs sauvegardés des grandes communes de France tout en proposant un avantage fiscal lié aux travaux de rénovation, il a constamment évolué depuis.

Le principe en est simple : le dispositif donne droit à une réduction d’impôt pour les logements destinés à la location, calculée sur le montant des travaux de restauration à hauteur de 22 ou 30% selon la situation de l’immeuble. Depuis la loi de finances rectificative de 2016, le plafond des dépenses est fixé à 400 000€ pour une période de 4 années consécutives. Il est donc possible de bénéficier d’une réduction d’impôt de 120 000 € sur une seule année en complément des 10 000 € admis par le reste des niches fiscales.

 

Héloïse Schillio
Posté par

Héloïse Schillio

le 23 octobre 2019