ACTUALITÉS, Éditorial, Immobilier 8 septembre 2017

Immobilier : les changements de 2018

Après une année explosive en matière de transactions et de prix pour le marché immobilier parisien, à quoi pouvons-nous nous attendre des réformes annoncées par notre nouveau président ?
C’est la promesse de campagne tant attendue d’Emmanuel Macron : supprimer l’ISF. Cet impôt sur la fortune serait donc remplacé exclusivement par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).
Les contribuables qui songent à vendre une partie de leur immobilier pour investir en Bourse doivent méditer. En premier lieu, ce n’est pas l’impôt qui doit guider l’investissement : un placement défiscalisé peut être mauvais, un autre, lourdement fiscalisé, peut s’avérer nettement plus rentable sur le long terme. Il est possible, par exemple, d’éviter des solutions définitives en faisant sortir provisoirement un bien immobilier de son patrimoine taxable, en cédant temporairement son usufruit à un enfant ou à une fondation.
Enfin, la règle d’or est d’éviter les virages à 180 degrés, d’investir au fil de l’eau, et d’avoir un patrimoine diversifié.

D’autres changements sont aussi à prendre en compte : les APL se verront diminuer de 5€ par mois et par foyer, et ce dès le premier octobre.
Les APL bénéficient à 6,5 millions de ménages français, dont 800 000 étudiants, et cette mesure coûte 18 milliards d’euros par an au budget de l’Etat. Une baisse de 5€ par mois et par ménage représenterait ainsi une économie mensuelle de 32,5 millions d’euros, soit 97,5 millions d’euros sur les 3 derniers mois de l’année en cours.
Le projet de loi finance 2018 qui devrait être présenté à la fin de ce mois de septembre intégrera une mesure visant à supprimer la taxe d’habitation. Monsieur MACRON appelle les propriétaires, en contrepartie, à baisser leur loyer de 5€.

Et pour finir…  si vous êtes primo-accédant, il vous reste 4 mois pour bénéficier du prêt à taux zéro dans les conditions actuelles, puisque l’on ne sait pas encore s’il sera reconduit dans les mêmes conditions avantageuses en 2018. Ce prêt, pouvant aller jusqu’à 138 000 €, est attribué aux primo-accédants sans aucun taux d’intérêt, et il est valable pour l’achat d’une résidence principale dans l’ancien ou dans le neuf.

Lucile
Posté par

Lucile

le 08 septembre 2017